• OCTOBRE / NOVEMBRE

    Tout peut tomber

    Julien Malardenti

    peinture et dessin

    en savoir +

    plus d'infos sur Julien Malardenti


    "On se déplace, on se penche, on jette, on essuie, on défait, on refait, on escalade des pots qui nous gênent mais qu'on n’a pas le temps de pousser. On renverse de la couleur, on éponge, on trace, on recouvre, on gratte, on marche, on va chercher une image, on l'accroche, elle tombe, on en met une autre, on s'assoit, on se relève, on retourne peindre. A chaque fois, on recommence tout, on peut s'éparpiller sans retrouver la cohérence du chemin parcouru. C'est toujours la première peinture que j'ai l'impression de faire et c’est comme s’il fallait qu'elle soit parfaite, qu'elle ait la force de toutes les autres, la même force. Si tant est qu'elles aient une force. À la réflexion, peindre est proche de tenter d'exercer une puissance. Ainsi plus on travaille, (la discipline aidant), plus on multiplie les chances de "conquête". Ce n'est pas travailler pour travailler ou produire pour produire, fabriquer des tableaux. C'est seulement pour que cette conquête opère et pour la joie qu'elle procure."


     

    [...]

  • DECEMBRE / JANVIER / FEVRIER

    La ville - scène

    Pol Corvez

    photographie

    en savoir +

     

    « Le monde n’est qu’une scène » disait Shakespeare. Cela semble d’autant plus vrai de la ville : plus fortement encore que les paysages ruraux, les villes se donnent d’évidence comme des constructions de l’espace. L’anglais a d’ailleurs adopté un néologisme, cityscape, « paysage urbain », par opposition à landscape, « paysage rural traditionnel ».

    Tel un décorateur de théâtre, Pol Corvez construit sa vision des villes de manière précise, attentive et souvent surprenante : lignes et couleurs, perspectives et cadrages y constituent autant de décors. Même absents, les humains y apparaissent toujours à travers leurs empreintes : graffiti, tags, panneaux, codes divers attestent de leur existence en creux, et la ville n’est qu’une trace de leur passage, présent ou passé.

    Après une carrière de photographe professionnel, puis d’enseignant-chercheur en sémiologie de l’image à l’université d’Angers, Pol Corvez pratique actuellement la photographie avec la liberté d’un amateur. Ses œuvres ont été exposées en France, au Canada et aux États-Unis. Il anime régulièrement des stages de photographie. Il est par ailleurs l’auteur de plusieurs ouvrages dont le Dictionnaire des mots nés de la mer, le Dictionnaire marin des sentiments & des comportements, et Rigoler comme une baleine.

    [...]

  • MARS / AVRIL

    J’aime en corps

    Claire Alary

    peinture acrylique

    en savoir +

    plus d'nfos sur Claire Alary


    Le corps de la toile, le corps peint, le corps à corps, le corps, encore, et toujours le corps.

    Je peins pour mettre des couleurs et des formes sur des sentiments et des sensations.

    Je peins par habitude et nécessité.

    Je peins pour faire et être.

    Je peins et c’est ma main qui peint.

    Je peins et je ne sais plus pourquoi.

    Je peins toujours et encore comme j’aime et comme ça viens.

    Je peins parce que je vous aime... en corps.

    [...]

  • MAI / JUIN

    Théâtre(s) : trois ans de clichés au TCB

    Janusz RewerskI

    photographie

    en savoir +

    Depuis octobre 2011, le photographe Janusz Rewerski prend des photographies des spectacles joués au Théâtre du Champ de Bataille. Une sélection d’une vingtaine de clichés sera exposée dans l’espace bar du théâtre de façon pérenne à partir de mai 2014.

    [...]