Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

1, 2, 3, Soleil

25 janvier 2023 à 16:30

Compagnie Les mauvaises herbes

1, 2, 3 Soleil ou comment, face aux difficultés, s’efforcer de rester optimiste et de faire confiance aux autres.

C’est l’été, il fait beau et chaud. Trois lapins découvrent un jardin : il y a des fleurs, des fruits, un arbre pour s’abriter du soleil, la cabane du jardinier et surtout des carottes, plein de carottes ! On chante, on rit, on fait de la musique. L’automne arrive avec les premières inquiétudes : les feuilles tombent, il fait moins chaud et parfois il pleut. Puis l’hiver s’installe avec la neige et le froid. Les carottes sont là, toujours visibles, mais la terre est trop dure, gelée comme un glaçon…

 

Réservations auprès du THV – COMPLET

 

Parmi toutes les images que nous recevons quotidiennement, une vidéo nous a interpellée : celle d’un papa en Syrie s’amusant avec sa fille des bombes qui tombaient sur leur ville. Cette histoire nous a donné l’envie de parler de la résistance à l’adversité, et de comment y résister. Que l’on soit petit ou grand, face aux difficultés de la vie s’installe parfois le doute, le manque de confiance en soi et dans les autres, le repli et l’isolement. 1-2-3 soleil a pour projet de questionner ce mécanisme visible dans les cours de récréation, en famille ou dans sa vie professionnelle. Nous souhaitons à partir d’une histoire simple, naïve, aborder ce chemin de vie par une métaphore : trois lapins, un jardin, des carottes. La question que nous avons envie de poser : subir ou s’unir ? Comment face aux difficultés rester dans la lumière, dans la bienveillance pour soi et pour les autres ? 1-2-3 soleil nous parle d’espoir. Même écorné par le quotidien, il dessine un pilier de vie : être et s’unir. L’histoire des lapins et des carottes est simple. Nous voulons que tous les enfants comprennent cette hypothèse, qu’ils puissent venir à la fin du spectacle danser sur le plateau, devenir acteurs, passeurs d’un message livré.

Stéphane Delaunay, Jean-François Orillon

 

en partenariat avec 

 

 

 

 

 

interprétation : Erwan Bourcier, Stéphane Delaunay, Jean-François Orillon, Marie Serres / regard extérieur : Szandra Guary / lumières : Soraya Sanhaji / musique : Erwan Bourcier / costumes : Pauline Bourguignon / mise en espace de la vidéo : Olivier Guillemain / prise de son et bande son : Thomas Ricou, Vincent Ruche / soutien technique : Benoît Bouvier / production : Stéphanie Lallemant
production : compagnie Les mauvaises herbes / coproductions : Centre National de la Marionnette (Laval), THV (Saint-Barthélémy d’Anjou) / soutiens et résidences : Villes de Changé-les Ondines, Laval, Saint-Berthevin Le Reflet, Centre National de la Marionnette (Laval) / partenaires institutionnels : DRAC Pays de la Loire, Région Pays de la Loire, Conseil Départemental de Mayenne, Ville de Laval, SPEDIDAM, Créavenir / remerciements : Benoit Bouvier / photographie : Jean-François Orillon, Stéphane Delaunay

La compagnie

Les mauvaises herbes sont nées en 2016 à Laval. Leur projet : développer des gestes artistiques à travers des spectacles, des réalisations plastiques, des lectures et des ateliers, dans et avec la cité. La compagnie bénéficie du soutien au fonctionnement de la ville de Laval. Elle cherche à cultiver une porosité entre les spectateurs et les acteurs, notamment sous la forme d’ateliers, d’espaces de rencontres et à travers des actions culturelles à l’attention des plus jeunes. Elle souhaite initier des enfants à la création et au spectacle vivant à partir de matériels simples, ludiques et accessibles à tous. Les mauvaises herbes souhaitent s’exprimer dans les théâtres mais également dans des lieux singuliers, parfois moins bien équipés, par des projets techniquement simples et abordables par tous.