Aller au contenu
Chargement Évènements

Cactus

9 mars 2021 à 20:00

compagnie La Réciproque • d’après Stéphane Geffroy, Isabelle Sorente

Navigation Évènement

Comme un voyage dans l’univers de l’abattoir mais aussi à la rencontre de l’Autre, ce spectacle est sous-tendu par une question essentielle : a-t-on le choix de son existence ?

C’est l’histoire d’une rencontre entre Martin, universitaire enfermé dans une vie qui ne lui convient pas toujours et Stéphane, « tueur » dans un abattoir, au bord de la chute. Une histoire d’amitié mais aussi de révélation réciproque où comment l’altérité, une fois qu’on a accepté de l’envisager, devient source d’apprentissage et de déplacement du regard. Une histoire de chair plus que de sang. Une interrogation sur cet univers complexe qu’est l’abattoir. Un jeu de miroirs troublant entre l’homme et l’animal, entre l’homme et l’homme, entre deux mondes qu’a priori tout oppose.

 

Travailler sur un texte-témoignage implique de trouver une forme qui ne viendrait pas écraser la parole mais simplement la soutenir, la faire sonner et respirer dans toute sa sincérité. Cela implique de pouvoir retrouver le chemin de son émergence, mais aussi sa difficulté à se conceptualiser, ou au contraire à se contenir émotionnellement. Il me fallait d’abord choisir un interprète qui avait une vraie intimité avec cet univers et une vraie envie de porter ces mots de « tueur » sans les juger ni les écraser. Jérémy Colas, de par son histoire personnelle mais aussi sa physicalité s’est révélé le passeur très juste de ce récit. Pour autant, nous sommes arrivés au constat que la seule parole de Stéphane au plateau, confèrerait à la forme un aspect documentaire trop réaliste pour nous permettre de l’entendre et à Jérémy, un jeu trop naturaliste pour nous toucher. Aussi, est apparue la nécessité de trouver une autre parole pour créer la possibilité du jeu au sens propre, de l’écart.

C’est ainsi que je découvre le texte fascinant d’Isabelle Sorente, 180 jours. C’est un roman, une fiction mais qui a la particularité d’être très documentée tout en conservant une puissance poétique et un style littéraire prononcé. L’autre intérêt de ce texte est qu’il se place non pas du point de vue du tueur mais de celui de Martin, universitaire, plus proche de nous donc et qu’il est plus facile d’incarner. À partir de là, le déclic se produit et toute la forme se dessine dans mon esprit. Cactus sera moins un spectacle sur les abattoirs que sur les profondes questions d’altérité qu’ils suscitent et déplacent. Un spectacle duel.

Marie-Laure Crochant

 

mise en scène : Marie-Laure Crochant / interprétation : Jérémy Colas, Matthieu Dehoux / création musicale et lumières : Matthieu Dehoux / regard chorégraphique : Anne Reymann / scénographie : Lise Mazeaud / administration et production : Charle-Éric Besnier (Bora Bora productions)

La compagnie

Raconter la vie est une collection publiée par le Seuil dirigée par Pierre Rosanvallon, historien et sociologue français qui s’intéresse à l’histoire de la démocratie française. Dans cette collection de textes courts, il donne la parole aux « Invisibles » : citoyens dont on ne parle pas assez, partie émergée de l’iceberg. Dans son manifeste Le parlement des invisibles il donne les raisons qui l’ont poussé à créer cette collection. Il y explique que pour lui « le pays ne se sent plus écouté ». Cette collection est faite de voix plurielles. Des sociologues, des ethnologues, des journalistes des écrivains qui racontent des vies : celle d’un chercheur, d’une femme passionnée de chats, d’un ouvrier, d’un chauffeur-livreur. Raconter la vie est une collection qui permet d’écouter d’autres voix, des voix qui nous sont inconnues parce qu’elles étaient jusqu’alors silencieuses ou noyées dans la masse. Et peut-être que ça nous permettra ainsi de mieux nous comprendre et mieux nous entendre. Et si le rêve devient réalité, l’émergence d’un Parlement des Invisibles ? L’aventure se poursuit aussi sur le site internet www.raconterlavie.fr
Plus d'infos sur la compagnie

L'auteur

Au travers des créations portées par la metteure en scène Marie-Laure Crochant, La Réciproque mène un projet d’une vaste ambition : interroger la manière dont se représente le 21e siècle naissant, en bousculant le prêt-à-penser tout en s’autorisant un avenir poétique.