Chargement Évènements

Des rives, des océans

1 mars 2019 à 20:30

2 mars 2019 à 20:30 (Réserver)
Compagnie Pièces et main d’œuvre • D’après Henri Michaux

« Un jour,
   Un jour, bientôt peut-être.
   Un jour j’arracherai l’ancre qui tient mon navire loin des mers. »

Des rives, des océans est un voyage imaginaire né du désir de conquérir de nouveaux continents. Quoi de mieux que la poésie d’Henri Michaux pour découvrir des landes inconnues, d’autres territoires-poèmes, d’autres fictions réelles ? Ici, le poète nous interpelle avant tout sur l’étrangeté sans dépaysement, sans exotisme ni folklore. Et peut-être se risque-t-il à continuer la seule expédition valable, le seul voyage qui nie toutes les distances et les épouse à la fois : la quête de l’intime.


Des rives des océans s’appuie sur quelques poèmes de l’auteur, mais provient surtout du recueil Ailleurs rassemblant trois de ses précédentes publications : Voyage en Grande Garabagne, Au pays de la magie, et Ici, Poddema. Ces trois fugues sont empruntées à la tradition du récit de voyages imaginaires. On reconnaît Swift, Rabelais, More et tant d’autres, et, comme eux, Michaux s’est amusé à écrire une parabole de notre monde. Mais la singularité de la voix de l’écrivain surprend, non seulement par ses audaces, ses inventions, mais également par ses descriptions minutieuses de peuples si divers, de tant de mœurs et de coutumes sans accord.

Notre premier souci est de livrer la langue de l’auteur, de lui rendre toute sa truculence, toute sa chair, son imprévisibilité. Aussi nous misons sur la sobriété, l’aridité, nul artifice, simplement un comédien avec un costume neutre, anonyme, sur un plateau vide. Ensuite donner corps au voyage, à l’ailleurs… Une scène sans profondeur, un espace qui refuse tout paysage, toute perspective, tout point de fuite : aller à l’essentiel. Rien qu’un fond blanc comme une page blanche ; une page possible… coucher des caractères éphémères. Notre orientation de travail est de dénuer l’acteur de la parole, tout en la faisant entendre. En effet, celui-ci ne dira pas le texte mais le jouera en play-back. Le texte sera préenregistré. Au-delà du caractère atypique, il s’agit d’amener le spectateur à l’état de voyageur ; là où il est confronté à la nouveauté de la langue, des mœurs, des sensations… Il s’agit de l’amener à lâcher prise. Donner de l’étrangeté en la créant.

Abdellatif Baybay


 

Mise en scène : Abdellatif Baybay / Interprétation : Pierre Bacheviller / Lumières : Bruno Teutsch / Création sonore : Emmanuel Six

La compagnie

Créée en 1998, la compagnie Pièces et Main d’Œuvre est dirigée par Abdellatif Baybay, metteur en scène de la compagnie. Depuis 2006, la Cie est installée au 47, rue des Acacias, où elle a aménagé le Théâtre de l’Écluse, salle de spectacle mise à disposition par la ville du Mans et conventionnée par la région Pays de la Loire et le Conseil Général de la Sarthe. Elle y accueille, outre ses propres créations, de nombreuses compagnies, en représentation et/ou en résidence de création.
Plus d'infos sur la compagnie

L'auteur

Henri Michaux est un poète belge naturalisé français. En 1919, il abandonne des études de médecine pour devenir matelot, et exerce par la suite divers métiers. Il découvre alors l’œuvre de Lautréamont qui l'incite à écrire. Il s'installe en 1924 à Paris et publie Qui je fus. Il fait alors de nombreux voyages. Au cours d'un périple en Inde, il découvre les effets de la magie, qu'il assimile au processus de la création littéraire. La littérature n’est pas pour Michaux une représentation de ses fantasmes ou un simple divertissement, mais une véritable expérience vécue. Il travaille aussi le dessin qui lui apparaît comme plus libérateur, sans l'obstacle des mots chargés de tout un contenu qui fausse la signification qu'ils devraient avoir.