Chargement Évènements

Les époux

21 octobre 2022 à 20:00

Compagnie I • David Lescot

Navigation évènement

Une comédie noire et grotesque, armée par la démesure, où Monsieur et Madame Ceaușescu, célèbre couple de dictateurs, nous racontent leur histoire.

Elena Petrescu et Nicolae Ceaușescu ont mis la Roumanie à genoux. Pendant quinze ans, ils tirent toutes les ficelles du pouvoir, cabotinent sur les scènes internationales et jouent la comédie du pouvoir avec un appétit terrifiant. Ils font régner la terreur avant de finir exécutés devant les caméras de télévision du monde entier. Entre Shakespeare et Jarry, la pièce passe constamment du burlesque à la gravité, portée par l’incroyable déraison des situations. L’humour fait des ravages et met l’horreur à distance pour mieux la révéler.

 

Un couple uni dans le meilleur et surtout le pire, les acteurs d’une farce qui pourrait sembler grotesque si l’on fait un parallèle avec Ubu roi, mais surtout des tyrans qui ont signé un épisode macabre de la Roumanie… Les voilà, gens ordinaires, confinés dans un espace restreint, dépouillé, marqué au sol par quatre traits blancs pour suggérer tour à tour, le confinement d’une cellule, deux cerveaux compressés par une étroite pensée, ou un plateau de jeu, que l’on pourrait comparer à un échiquier mondial ayant pour pièces les grands dirigeants de ce monde. Qui sont les pions, qui sont les fous, qui est le roi ? Des images, des sons, comme des lambeaux de mémoire, des ombres furtives viennent accréditer de la véracité des faits. Suggérer pour mieux accompagner le spectateur dans un lent cheminement et laisser poindre l’horreur de cette saga. Lentement, le temps érige un dogme qui s’enracine année après année, isolant peu à peu les époux au sommet d’une tour d’ivoire, les persuadant de la justesse de leurs actes, chaque sentence prononcée se matérialisant avec la consistance d’une pierre rouge, qui au sein du réceptacle d’un sablier égrène le temps comme un long décompte vers une fin de non-retour.

Vincent Jaspard, Eve Rouvière

 

mise en scène et interprétation : Philippe Chaigneau, Vincent Jaspard, Eve Rouvière
production : compagnie I / soutiens et résidences : Jardin de Verre (Cholet), Interlude-TRPL (Cholet), Théâtre du Champ de Bataille / photographie : compagnie I

L'auteur

Son écriture comme son travail scénique mêlent au théâtre des formes non-dramatiques, en particulier la musique, la danse ainsi que la matière documentaire. La pièce Un Homme en faillite qu’il met en scène à la Comédie de Reims et au Théâtre de la Ville à Paris en 2007, obtient le Prix du Syndicat de la Critique de la meilleure création en langue française. De 2006 à 2011, la pièce est montée à de nombreuses reprises en Allemagne, Écosse, Argentine, Portugal, Japon…
L’année suivante, la SACD lui décerne le prix Nouveau Talent Théâtre. En 2008, il obtient le Grand Prix de littérature dramatique pour L’Européenne. Il remporte également le Molière de la révélation théâtrale pour La Commission centrale de l’Enfance, récit parlé et chanté, joué en France et à l’étranger.
Il dirige aux Bouffes du Nord Irène Jacob et les musiciens Benoît Delbecq, Mike Ladd, D’ de Kabal, Steve Arguelles, Ursuline Kairson dans Tout va bien en Amérique (2013). En 2014 a lieu au Monfort Ceux qui restent qu’il met en scène à partir d’entretiens réalisés avec Wlodka Blit-Robertson et Paul Felenbok, qui vécurent enfants dans le ghetto de Varsovie. Le spectacle obtient le Prix de la Meilleure création en langue française du Syndicat de la Critique.