Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

L’héritage de Darwin

17 novembre 2022 à 20:00

Compagnie Les deux apaches • Évelyne de la Chenelière

Navigation Évènement

Cette comédie porte un regard un brin nostalgique sur l’adolescence et nous parle de solidarité, d’écart de richesse, de peur, de violence et de l’évolution kafkaïenne de la société.

On s’ennuie l’été en ville. Surtout sans vélo. Et surtout Jacques, dont la famille doit faire des efforts d’imagination pour joindre les deux bouts. Pour Julien, qui vient d’une famille aisée, c’est au contraire l’aventure à l’écart des parents. À deux, ils tentent de trouver une solution au problème de Julien : il n’a plus que quelques heures pour trouver l’argent qu’il doit au petit caïd local. Mais ce qui les occupe surtout depuis qu’ils ont vu des documentaires sur le sujet, c’est cette histoire de sélection naturelle et d’évolution de l’espèce humaine. Et d’ailleurs, sont-ils suffisamment adaptés à leur milieu pour survivre ?

 

De par la nature même du texte, et avec la multiplication des points de vue et des niveaux de narration chers à l’auteur, il y a une dimension cinématographique : dans le jeu, mais également en termes de lumières. Le réalisme quasi documentaire des dialogues contraste avec les errements poético-scientifiques de Julien, qui ne cesse de s’interroger avec le public sur sa capacité à résister à la sélection naturelle selon Darwin. Le dispositif scénique, en revanche, échappe au réalisme de la situation et évoque l’enfermement des personnages : l’espace de jeu est circulaire, entouré d’un rail que les deux comédiens ne peuvent traverser et sur lequel deux écrans de télévisions se déplacent. Ces écrans sont montés chacun sur un pied, lui-même monté sur un chariot (type Dolly de cinéma), sortes de totem de fer et d’image. Dans ce cercle, une pelouse au sol, et un banc. Ce dispositif évoque à la fois une cage de zoo et un plateau de cinéma, faisant des personnages de véritables objets d’étude et de curiosité.

Nous sommes issus d’une génération pour laquelle la télévision était au quotidien la source exclusive d’images, et ce sont ces images et ces références qui seront présentées, traduisant dans l’esthétique des années 90 (là aussi objet de curiosité pour le public) les fantasmes, les angoisses, les aspirations et les questionnements des deux personnages. S’installe alors un véritable dialogue entre la réalité de leur situation et la vision déformée qu’ils en ont via des publicités, films, séries télévisées, etc. dans lesquelles revient, de façon plus ou moins explicite, la question de la sélection naturelle et de la loi du plus fort…

Fabien Doneau, Thomas Drelon

 

mise en scène : Thomas Coste / interprétation : Fabien Doneau, Thomas Drelon / lumières : Patrick Touzard
production : compagnie Les deux apaches / coproduction : Chap'pays (49) / soutiens et résidences : MPT Monplaisir (Angers), Théâtre Philippe Noiret (Doué-en-Anjou), Théâtre des Dames (Les Ponts-de-Cé), Piment Familial (Mortagne-sur-Sèvre), Château du Plessis-Macé (Longuenée-en-Anjou) / photographie : Thomas Coste

L'auteur

Auteure et comédienne québécoise, Evelyne de La Chenelière a écrit plusieurs pièces de théâtre, traduites en plusieurs langues, et montées au Québec ainsi qu’à l’étranger (Allemagne, Mexique, Espagne, Italie, Belgique, France). De Désordre Public à Des fraises en janvier, de L’Héritage de Darwin à Bashir Lazhar, et plus récemment Le Plan américain, sa création est une méticuleuse observation de la nature humaine. En 2006, elle reçoit le prix littéraire du Gouverneur général pour Désordre public et en 2010 celui du public au Festival Primeurs, en Allemagne, pour Le Plan américain. En 2012, l'adaptation cinématographique de Bashir Lazhar, intitulée Monsieur Lazhar et réalisée par Philippe Falardeau, est nommée aux Oscars dans la catégorie Meilleur film étranger. Evelyne de la Chenelière propose une écriture vive, jubilatoire, pour un théâtre de personnages, de mots et de situations. Issue de la nouvelle génération des dramaturges québécois, elle offre un théâtre ludique pour aborder avec légèreté de graves sujets de société.