Skip to content
Chargement Évènements

L’héritage de Darwin

9 janvier 2020 à 19:30

Compagnie Les 2 Apaches • Evelyne de la Chenelière

Cette comédie porte un regard un brin nostalgique sur l’adolescence et nous parle de solidarité, d’écart des richesses, de peur, de violence et de l’évolution kafkaïenne de la société.

On s’ennuie l’été en ville. Surtout sans vélo. Et surtout Jacques, dont la famille doit faire des efforts d’imagination pour joindre les deux bouts. Pour Julien, qui vient d’une famille aisée, c’est au contraire l’aventure à l’écart des parents. À deux, ils tentent de trouver une solution au problème de Julien : il n’a plus que quelques heures pour trouver l’argent qu’il doit au petit caïd local. Mais ce qui les occupe surtout depuis qu’ils ont vu des documentaires sur le sujet, c’est cette histoire de sélection naturelle et d’évolution de l’espèce humaine. Et d’ailleurs, sont-ils suffisamment adaptés à leur milieu pour survivre ?

 

C’est le second texte de cette auteure québécoise que nous souhaitons mettre sur scène, après le grand bonheur qu’a été la création du spectacle précédent, Bashir Lazhar. Parce que, comme souvent chez les auteurs québécois, ce texte aborde avec légèreté, humanité et bon sens des thèmes délicats sans tenir de propos partisans, moralisateurs ou larmoyants. Simplement avec des vélos, des girafes, et une canette de coca (vide). Et que ces thèmes nous tiennent à cœur. Et que nous croyons important d’en parler par les temps qui courent. Et aussi parce que ce texte parle d’adolescence revisitée par des adultes : les héros à 40 ans ouvrent et ferment l’histoire. Il s’agit donc d’un flash-back, d’un regard un brin nostalgique sur notre jeunesse, sur notre adolescence des années 90. En ce qui nous concerne, il se trouve que la quarantaine nous rattrape dangereusement…

De par la nature même du texte et la multiplication des points de vue et des niveaux de narration, il y aura une dimension cinématographique dans le jeu mais également en termes de lumières. Une grande importance sera donnée à la complicité, à l’amitié qui lient les deux personnages, au rythme, à la comédie – car c’est avant tout une comédie. L’univers sonore et visuel ira chercher ses références du côté des années 90, sans nostalgie, mais comme une référence temporelle délimitant un « avant » et un « maintenant ». Une époque à cheval entre le ghetto blaster et l’arrivée du CD, la fin de Vanilla Ice et les débuts de Nirvana….

Fabien Doneau, Thomas Drelon

 

mise en scène : Thomas Coste / interprétation : Fabien Doneau, Thomas Drelon / lumières : Patrick Touzard

L'auteur

Evelyne de la Chenelière (née à Montréal en 1975) est une comédienne et dramaturge de la scène du théâtre québécois. Auteure et comédienne, elle écrit plusieurs pièces de théâtre, dont Des fraises en janvier, créée à Carleton puis produite à Montréal. La jeune dramaturge voit ensuite se multiplier les productions de ses pièces, dont Au bout du fil au Théâtre de Quat'sous, et L’Héritage de Darwin à la Maison Théâtre de Montréal. Au Nouveau Théâtre Expérimental, Évelyne de la Chenelière créée trois spectacles : Henri & Margaux et Nicht retour, Mademoiselle, conçus avec Daniel Brière, et Aphrodite en 04, conçu avec Jean-Pierre Ronfard. Bashir Lazhar, présentée au Théâtre d'Aujourd'hui, fait aussi l'objet de traductions anglaise et allemande puis d'une adaptation cinématographique par Philippe Falardeau sous le titre Monsieur Lazhar (nommé à la cérémonie des Oscars 2012). La pièce Chinoiseries, montée en juillet 2005 à Carleton fait l'objet d'une tournée au printemps 2007. Ronfard nu devant son miroir, pièce-délire en hommage à Jean-Pierre Ronfard, est présentée en 2011 au Nouveau Théâtre Expérimental. La Chair et autres fragments de l'amour, pièce inspirée du roman Une vie pour deux de Marie Cardinal, en 2012, à l'Espace Go. Lumières, lumières, lumières, montée par Denis Marleau en 2014 est une adaptation-hommage du roman Vers le phare de Virginia Woolf.