Chargement Évènements

Suivre les morts

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

12 avril 2018 à 19:30

13 avril 2018 à 20:30 (Réserver)
Compagnie Banquet d’Avril • Anne Bossé, Élisabeth Pasquier

En complicité avec deux sociologues, la compagnie Banquet d’Avril s’empare d’un matériau scientifique pour offrir au théâtre un sujet sensible : ce que les morts font faire aux vivants.

Fils et filles de migrants racontent le rapatriement de leurs morts qui, entre ici et là-bas, continuent d’écrire une page de l’histoire de l’immigration. Professionnels du funéraire et du fret aérien, médecins ou agents de collectivités nous renseignent sur le côtoiement de la mort au quotidien, les moyens techniques et juridiques mis au service des familles, l’invention de nouveaux rituels dans un contexte transnational. Une fresque humaine pour lever les appréhensions et renouveler les représentations sur les questions migratoires, trop souvent limitées aux deux bornes du communautarisme et de l’intégration.

 

Un des textes fondateurs du théâtre occidental décrit le combat d’une jeune fille pour offrir une sépulture à son frère banni, contre la volonté du roi. Le théâtre des origines propose au jugement des citoyens d’Athènes la désobéissance civile d’Antigone pour l’accomplissement du geste essentiel à tout homme civilisé : prendre soin de ses morts. Comment chacun d’entre nous va-t-il accomplir ce devoir que le cycle des générations impose à l’âge adulte ? Quels souhaits formuler quant au devenir de son propre cadavre ? L’humeur du temps nous pousse à nier ces questions, à nous réfugier dans un vague déni aux accents naïfs d’immortalité. En explorant l’intimité de ces perspectives dans le cadre transnational d’une altérité plurielle, le théâtre nous propose -comme il sait si bien le faire- d’aller voir ailleurs si on y est. Mais cet ailleurs, c’est ici. Pour ceux, fils et filles de migrants, avec qui nous partageons notre quotidien contemporain, ici et là-bas, cohabitent dans une même identité métissée. Quand survient pour eux le moment d’être Antigone, il leur faut inventer le geste le plus juste, malgré les tracasseries administratives des consulats ou du fret aérien. Associé au regard de la sociologie, le théâtre cherche, dans l’espace de son art, à se faire médiateur du réel. La mise en scène relève davantage de la « mise en indice » et le « faire semblant » du comédien ne peut oublier ce qu’il doit à la science. Cet exercice délicat se trouve facilité par l’objectif commun aux deux disciplines : s’inquiéter des stéréotypes et améliorer, en l’élargissant à des possibles insoupçonnés, le regard du spectateur sur le monde.

L’enquête s’appuie sur une série d’entretiens réalisés par Anne Bossé et Élisabeth Pasquier avec des personnes ayant accompagné un proche décédé et des professionnels impliqués dans le processus du rapatriement. Ainsi, plus d’une trentaine d’heures de paroles enregistrées ont été consignées par écrit, imprimées, minutieusement étudiées. L’écriture du texte du spectacle s’est attachée à copier-coller des extraits de ces conversations, sans en modifier ni le vocabulaire ni la syntaxe. D’autres témoignages ont fait l’objet d’une réécriture par les chercheuses afin d’adopter un point de vue plus subjectif (faire parler un mort) ou donner une dimension poétique à une langue française mal maîtrisée.

Monique Hervouët

Mise en scène : Monique Hervouët / Interprétation : Karim Fatihi, Gilles Gelgon, Delphine Lamand / Scénographie, lumières : Yohann Olivier / Costumes : Anne-Emmanuelle Pradier / Son : Félix Philippe / Décors : Atelier du Grand T

La compagnie

La compagnie Banquet d’Avril a été créée à Angers en 2001 par Monique Hervouët et est basée à Nantes depuis 2003. Conventionnée par la DRAC des Pays de la Loire, elle reçoit une aide au fonctionnement de la Ville de Nantes et de la Région des Pays de la Loire. La compagnie Banquet d’Avril développe un parcours artistique centré sur la création d’œuvres issues du répertoire contemporain. Le choix des textes s’opère généralement selon deux priorités : une thématique citoyenne (pour le fond) et une écriture plaçant la langue au cœur de sa créativité (pour la forme). À travers diverses actions spécifiques, la compagnie porte une attention particulière pour des projets artistiques en lien avec des territoires.
Plus d'infos sur la compagnie