Chargement Évènements

Traces

9 mars 2019 à 11:00

6 mars 2019 à 16:30 (Réserver)
9 mars 2019 à 16:30 (Réserver)
Compagnie Nomorpa

Navigation Évènement

Une expérience sensorielle qui interroge le spectateur, à l’aube de sa vie, sur son rapport au monde.

Une page blanche est disposée au sol. Une comédienne y intervient avec différentes matières (craie, sable, terre…). Elle est accompagnée d’un musicien qui met en valeur ses actions, les appuie et interagit avec elle. Un univers où les images et les sons prévalent sur la parole, où le ressenti prime sur la compréhension, où une relation de proximité, d’intimité se tisse entre l’artiste et le public.


Le théâtre que je propose est peuplé d’images, de visions. Avec les outils, matières et interprètes que je convoque, j’essaie de les rendre sensibles, tangibles selon une logique irrationnelle qui appartient au monde que j’orchestre. Il y a des déclencheurs et ensuite je laisse les interactions se faire. Dans mon travail, tout est transformation, métamorphose et mouvement. Visuel et sonore. Pour commencer le travail, j’ai l’habitude de me laisser envahir, guidée par des chocs, des glissements, des associations libres, des relations opérant comme par magie entre les différents médias qui m’entourent et m’inspirent. Je constitue une matière à penser. J’assemble ensuite, mais d’une manière intuitive et jamais tranchée. Une mécanique s’opère. Il s’agit d’amener un espace onirique et flou, qui suggère et interroge le réel, de transporter le spectateur dans un état d’éveil. Par ailleurs, l’apparition de l’image a toujours fait partie de mon obsession. Je cherche à mettre en évidence le processus créatif, mais surtout l’origine du geste, son moteur, la base de son intention. L’écriture à naître au plateau se déploie selon la logique des correspondances entre les matières (peinture, crayon, sable…) leurs traces laissées et le son. La trame rythmique et sonore est composée en direct. Le spectacle invite à une expérience sensorielle : les matières, le son, la musique, le langage, les logiques corporelles se jouxtent de manière à créer un univers singulier inspiré par les questions que posent notre rapport au monde dans un espace donné et précis qu’est la feuille blanche. En plus de la partition sonore et musicale, le travail sur le langage corporel participe à la composition sonore puisqu’il est utilisé comme vecteur de sons et de sensations autant que comme vecteur de sens.

Sidonie Brunelliere



 

Mise en scène : Sidonie Brunellière / Interprétation : Antoine Orhon, Clémentine Pasgrimaud

La compagnie

Sidonie Brunellière cherche un langage artistique personnel au croisement du théâtre, des arts plastiques et de l’ombre. Elle utilise la mécanique de la poésie pour créer son écriture : non narrative, construite de paysages sensibles, sensoriels et parfois guidés par un fil musical. Découvrant les arts de la marionnette et le théâtre d’objets au cours de ses études aux Beaux-arts ainsi qu’au conservatoire de théâtre à Angers, elle crée la compagnie NoMORPa en décembre 2005 afin d’y développer sa recherche. C’est en tirant le fil de ce langage plastique et sensoriel qu’elle en vient tout naturellement à s’intéresser à un public pour qui les mots ne sont pas la première forme langagière et crée son premier spectacle à destination de la petite enfance en 2014 : Tourne vire. Pour chacune de ses créations, la compagnie NoMORPa s’enrichit de nouvelles rencontres. Les équipes sont créées en fonction des propositions artistiques. Pourtant une fidélité s’instaure de créations en créations avec certains artistes, ou techniciens.
Plus d'infos sur la compagnie